... retour 

Que voulons nous ?

En 2007 nous avons fait le choix de l'engagement:
Nous avons décidé de participer à une majorité réformatrice.

Le chemin de la Réforme est difficile, mais c'est le seul utile pour assurer l'avenir du Pays. C'est aussi par ce chemin et grâce à ce choix, que nous reconstruirons un Centrisme fort et responsable.

Mais reconstruire ne suffit pas: il faut aussi assurer le renouveau du Centrisme et cela se fera en mettant en oeuvre les orientations validées au Congrès de Nîmes, résumées ci dessous:

1) Notre définition du Centre: il n'y a de Centre qu'indépendant!
Ainsi, au-delà nos alliances, notre liberté d'appréciation et de vote doit rester totale. Le Parti est la force qui permet à nos idées de peser. Il faut un grand parti centriste présent dans tous les combats politiques, et notamment électoraux. Notre ambition est de redevenir l'élément incontournable des futures alliances de Gouvernement.

2) Notre conception de la Démocratie et des Institutions: elle repose sur la recherche d'un équilibre des forces et des pouvoirs.
Nous rejetons le bipartisme, qui empêche l'éclosion d'une vie politique véritablement démocratique.
Aujourd'hui, l'équilibre des pouvoirs ne peut être garanti sans un net renforcement des prérogatives du Parlement, permettant de garantir, au nom des citoyens et des contribuables, un véritable contrôle de l'exécutif, en même temps que les moyens nécessaires à l'élaboration de la loi.
L'évolution présidentielle du régime doit par ailleurs être contrebalancée par une meilleure représentativité de l'Assemblée Nationale, grâce à l'introduction d'une dose de proportionnelle pour garantir une plus fidèle représentation des sensibilités politiques du pays.
Enfin, pour garantir l'impartialité de l'Etat, et restaurer la confiance de nos compatriotes envers l'Etat et nos Services Publics, il faut que les procédures de nomination aux grands emplois civils soient placées sous le contrôle du Parlement, et que l'indépendance du pouvoir judiciaire soit reconnue pour que notre Justice soit souveraine.

3) Une gestion moralisée des fiances publiques: notre endettement, abyssal, sert désormais à financer les dépenses courantes de nos administrations, et non plus les investissements!
Quelle famille, quelle commune, quelle entreprise pourrait durablement emprunter pour payer ses dépenses quotidiennes ?! Cette dérive gravissime et irresponsable aboutit à assujettir les générations futures, dont nous limitons par avance la liberté!
Il faut imposer aux Gouvernements une gestion plus honnête, et c'est pourquoi nous avons demandé d'inscrire dans la Constitution l'interdiction d'adopter des budgets de fonctionnement déficitaires.

4) Notre vision de la société: Nous défendons le projet d'une société Humaniste, libérale, au service d'une redistribution équitable.
En effet, la seule liberté ne suffit pas à fonder une société républicaine. Il faut,  pour sceller le pacte républicain, que les fruits de l'économie soient mis au service des personnes, en garantissant une solidarité efficace entre eux.
Cet objectif de solidarité doit être poursuivi avec d'autant plus de détermination qu'il nous faut lutter contre des formes montantes d'inégalités qui ne sont plus seulement sociales, mais aussi territoriales, éducatives, culturelles, technologiques, générationnelles. Enfin, nous voulons donner à des organisations intermédiaires la capacité de bâtir des solidarités, mieux adaptées à chaque communauté humaine: mutualisme, coopération, fondations, syndicats branches professionnelles.

5) Une organisation territoriale décentralisée: nous sommes le parti des libertés locales et de la décentralisation, qui rapproche la décision publique des citoyens et doit régénérer les pratiques démocratiques.
En même temps, la décentralisation est l'une des clés de la Réforme de l'Etat: en démocratisant la puissance publique, la décentralisation augmente l'efficacité de la gestion publique à la double condition, bien sûr, que les élus assument pleinement la responsabilité de la dépense, et que l'Etat mette fin à la dérive des transferts de charges non compensées.
Nous devons aussi en finir avec l'empilement des compétences qui déresponsabilise les élus et alourdit la décision publique.

6) L'Europe: profondément européens, nous travaillons à l'avènement d'une Europe politique, pacifique et puissante, démocratique et efficace, innovante et responsable, libérale et protectrice.
Fac aux grands ensembles qui se forment de par le monde, nous voulons une Europe capable de défendre nos valeurs: humanistes, sociales, culturelles, économiques et une Europe à nouveau force agissante dans l'histoire, grâce à une politique commune en matière de diplomatie et de défense, de recherche et d'innovation, comme dans les domaines technologiques et industriels, d'environnement, de lutte contre la criminalité et de régulation de l'immigration.

7) Contribuer à relever les grands défis planétaires: face aux défis du nouveau siècle, qui nécessitent un dépassement des relations internationales et des anciennes diplomaties, nous revendiquons l'intervention d'une politique planétaire, visant à la régulation collective des grands problèmes de notre temps, dans une finalité plaçant l'homme au centre de tout.
Nous en appelons ainsi à la création, à travers l'ONU, d'un véritable service global de la solidarité permettant de faire face aux crises par l'aide à l'accès aux matières premières alimentaires, à l'eau potable, à la prévention sanitaire et aux soins médicaux...
L'aide humanitaire qui atteint ses limites aujourd'hui, doit être relayée par une véritable institution transnationale chargée de venir efficacement en aide aux populations et régions frappées par une crise ou exposées à un risque grave.
La promotion d'une telle politique planétaire pour le XXI ème siècle s'impose pour maintenir la paix, et parvenir à faire face aux conséquences du réchauffement climatique, et de la démographie mondiale qui entraîneront des bouleversements, notamment des déplacements de populations à une échelle que la planète n'a jamais connue. En particulier, cette politique planétaire devrait assurer la préservation de toutes les ressources naturelles et leur emploi équitable.

Pour relever ces immenses défis planétaires, commençons, au Nouveau Centre, à être des militants Eco politiques!

Pour conclure, nous voulons:
    -moins d'Etat, mais plus de solidarité.
    -plus de sécurité, mais plus de liberté.
    -plus d'innovation, mais plus de responsabilité..
    -plus d'identité, mais plus et mieux d'Europe.

La politique réformatrice n'emprunte pas les chemins de la facilité: elle emprunte ceux du devoir et de la responsabilité. Mais ces chemins sont aussi ceux de l'espoir! N'est-il pas en effet, plus exaltant d'être dans l'action, et d'aider son pays à avancer, que de rester au bord de la route, sceptique, critique et inutile?

C'est pourquoi nous vivons au Nouveau Centre, un moment passionnant, celui de la reconstruction, du renouveau, et pour tout dire, un vrai moment de bonheur.