... retour

D'où venons nous?

Nous venons de l'UDF!... de l'Union pour la Démocratie française, fondée voilà plus de 30 ans pour:
    - réunir les familles: libérale, démocrate-chrétienne et radicale,
    - faire de ce grand parti centriste le principal pilier de la majorité,
    - et surtout, promouvoir à la tête de l'état nos idéaux humanistes, libéraux, sociaux et européens.

Nous sommes les héritiers fidèles, chacun selon sa sensibilité, de tel ou tel courant de l'UDF, et nous avons tous, depuis la date de notre engagement personnel, milité pour la défense de la reconnaissance de nos idées.

Nous l'avons fait jusqu'à la Présidentielle du printemps 2007, avec toute la force de nos convictions. Au lendemain de cette échéance, nous avons été quelques-uns à refuser de suivre une UDF conduite pour devenir le premier parti d'opposition, et servir un destin personnel.

Mais surtout, nous nous sommes rappelés qu'en Vème République, il n'existe aucun destin pour une 3ème voie, car la mécanique du scrutin majoritaire à 2 tours a pour effet d'éliminer le 3ème homme.

Tel est le sort, inévitable, d'un centrisme se voulant indépendant et refusant toute alliance: nous l'avons vécu, depuis Jean LECANUET en 1965, régulièrement, jusqu'aux municipales de mars 2008...

Notre choix aux côtés des Députés fondateurs du Nouveau Centre, il y a 12 mois, d'une alliance loyale, constructive, mais vigilante, avec le principal parti de la majorité se confirme donc comme "le bon choix", car c'est:
   - celui qui a assuré la survie de notre parti,
   - celui qui permet à notre famille politique de servir réellement notre Pays, étant rappelé qu'il n'y a pas d'engagement efficace sans l'action, et qu'une force politique n'est pas seulement un mouvement d'idées;
    - le bon choix, qui permet à notre formation de se reconstruire dans le temps, et de caresser de belles perspectives: celles de revenir à terme, la composante incontournable des futures alliances de Gouvernement.

Depuis un an, le chemin a été, pour nous tous, au niveau local, comme à l'échelon national, escarpé, rude et semé d'embûches...parfois source de déceptions, et qu'une fois de plus s'est illustré l'adage: "L’union est un combat".